Il y a ceux qui en ont trop, qui en génèrent au moindre petit problème, qui absorbent celui des autres, qui ne savent pas s’en débarrasser, le compartimenter, et se laissent envahir.

Il y a ceux qui en manquent, que rien ne stimule, qui sont "trop cool"  par rapport à ce qu’ils savent devoir faire, remettent toujours tout à plus tard, arrivent systématiquement en retard à leurs rendez-vous, ne savent pas faire d’effort pour garder ce qui leur est cher, etc.

En soi, le stress n’est pas une mauvaise chose, mais comme un animal sauvage, il faut savoir le dompter pour s’en faire un allié, un moteur, et non pas une nuisance.